Système d’information agricole de l’Afrique de l’Ouest

.

Résultats du dispositif

L’année 2015 : première année de mise en œuvre a été essentiellement marquée par :
– Le recrutement et la mise en place de l’équipe du projet au niveau régional ;
• un Responsable régional ;
• un Point focal régional basé à Abuja (CEDEAO) ;
• un Expert en administration des réseaux informatiques ;
• trois experts gestionnaires des bases de données à AGRHYMET, ARAA et à l’UEMOA
• un Expert Cadre Harmonisé ;
• un Expert Marché ;
• un Expert HEA
• un Expert statisticien
• un Expert nutritionniste
• un Expert formateur en instruments et microinformatique (réseaux et bases de données)
• un Assistant en Suivi Evaluation
• un comptable,
• un assistant comptable,
• un spécialiste en passation de marché,
• un assistant administratif (secrétaire) et
• deux (2) chauffeurs.
– La validation de la planification opérationnelle et le budget pour la première année ; (Télécharger PDF)
– La validation d’un plan de passation de marché pour le projet ;
– L’évaluation détaillée matérielle et logicielle de la phase pilote du projet ; (Télécharger PDF)
– Le lancement officiel de la composante ECOAGRIS ; (Télécharger PDF)

– Les missions circulaires dans les 17 pays bénéficiaires pour la validation du cadre institutionnel et la validation des indicateurs base de données ECOAGRIS ; (Télécharger PDF)
– L’organisation technique et financière des deux cycles (mars et novembre) d’analyse Cadre harmonisé dans les pays de l’espace CILSS/CEDEAO.


Rapport de résultats 2015:Télécharger PDF PDF

– La capitalisation des neuf (9) sous-systèmes développés pendant la phase pilote et le développement de trois (3) nouveaux sous-systèmes thématiques en compléments à ces derniers existants pour la phase d’extension ;

– la validation régionale des indicateurs relatifs aux douze (12) sous-systèmes et la prise en compte des indicateurs de l’ECOWAP pour la mise en place de la plateforme ECOAGRIS en vue de capitaliser les acquis de la phase pilote et procéder à l’élargissement de l’action ; (Télécharger PDF)

– L’acquisition et l’installation des équipements informatiques (serveurs, ordinateurs, baie de stockage) avec une connexion internet dans les dix-sept (17) pays, pour renforcer le dispositif national de collecte, de traitement et d’analyse des données thématiques sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle;

– la plateforme ECOAGRIS conçue et validée, et une formation des formateurs organisée pour les membres du CNE (point focal technique et un membre de l’UNGD) des dix-sept (17) pays bénéficiaires de l’espace CILSS/CEDEAO pour une meilleure exploitation de cette plateforme; (Télécharger PDF)

– Quinze (15) pays sur les dix-sept (17) de l’espace CILSS/CEDEAO ont formalisé le Cadre National ECOAGRIS (CNE) et treize (13) ont bénéficié tous d’un appui financier pour le fonctionnement et l’animation de ce cadre ;

– 06 pays (Burkina Faso, Côte d’ivoire, Cap-Vert, Guinée Bissau, Niger et Tchad ont été appuyés pour la collecte des nouvelles données primaires ; (Télécharger PDF)

– Vingt (20) candidats ressortissants des dix-sept (17) pays ont été sélectionnés et inscrits pour la formation diplômante en instruments informatique et réseaux. La formation a démarré en février 2016 pour une durée de deux (2) ans avec une période de stage dont l’objectif est l’application des connaissances acquises pendant les neuf (9) mois de cours théoriques et pratiques et une participation active aux activités du service d’accueil.


Rapport de résultats 2016: Télécharger PDF PDF

– Au 31 décembre 2017, on note seize (16) arrêtés sur les dix-sept (17) pays ciblés, seul le Sénégal n’a pas encore signé son arrêté de mise en place des Cadres Nationaux ECOAGRIS. La situation des appuis catalytiques à l’endroit des pays ayant signé leurs arrêtés respectifs pour le fonctionnement de leurs CNE se présente comme suit :
– Huit (8) pays (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée Conakry, Mali, Sierra Leone, Tchad et Togo) ont vu leur appui renouvelé ;

– Trois (3) nouveaux pays appuyés (Guinée Bissau, Mauritanie et Nigéria) ;

– Cinq (5) pays (Bénin, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali et Tchad) ont reçu des appuis complémentaires pour le peuplement de la plateforme ;

– Quatre (4) pays (Bénin, Cap-Vert, Ghana et Libéria) n’ont reçu aucun appui cette année pour faute de la non justification des appuis antérieurs ;

– Un seul pays (Sénégal) n’a pas signé son arrêté, donc n’est pas éligible pour l’appui.

– Tous les dix-sept (17) pays ont bénéficié de contrats avec des fournisseurs locaux respectifs pour une dotation annuelle en connexion internet en vue de permettre l’alimentation de la plateforme ECOAGRIS ;

– La formation des points focaux sectoriels et le peuplement de la plateforme au niveau des douze (12) pays à savoir : Bénin, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Gambie, Guinée, Ghana, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Togo et Tchad ;

– Le démarrage d’une deuxième promotion de la formation diplômante au profit des dix-sept (17) Techniciens Supérieurs en Instruments et Micro-informatique option réseaux et bases de données ;

– Les appuis multiformes dans le cadre de la production des nouvelles données primaires notamment :

– Les appuis technique et financier pour la réalisation des enquêtes agricoles dans sept (7) pays : Burkina, Gambie, Guinée Bissau, Guinée, Libéria, Mali, Niger; (Télécharger PDF)

– Les appuis technique et financier pour la réalisation des enquêtes nutrition dans trois (3) pays : Ghana, Côte d’Ivoire et Togo;

– Les appuis technique et financier pour la réalisation des enquêtes sécurité alimentaire dans quatre (4) pays : Togo, Gambie, Ghana et Guinée;

– Les appuis technique et financier pour la formation sur les estimations des rendements dans cinq (5) pays : Niger, Nigéria, Ghana et Sierra Leone. (Télécharger PDF)
– Rapport d’évaluation technique de la plateforme en 2017 (Télécharger PDF)


Rapport de résultats 2017: Télécharger PDF PDF

•    la plateforme ECOAGRIS et l’ensemble des livrables consignés dans le contrat de consultation avec le cabinet PROSE validés à l’interne (AGRHYMET) ;
•    03 experts Base de Données ECOAGRIS et 02 informaticiens du Centre Régional AGRHYMET formés pour la prise en main de la plateforme ECOAGRIS ;
•    la version anglaise de la plateforme ECOAGRIS améliorée à travers un atelier tenu à ACCRA (Ghana);
•    le peuplement de la plateforme ECOAGRIS avec les données des 5 dernières années dans trois pays : Sénégal, Guinée et Nigéria (Akwanga, Nassarawa State And Abuja, Fédéral Capital Territory) ; ce qui porte le nombre de pays à 12, ceux ayant alimenté la plateforme ;
•    09 analystes de la Côte d’Ivoire, ont été formés sur les indicateurs de sécurité alimentaire et nutritionnelle. Il s’agissait à travers cette formation de former les cadres nationaux d’une part, sur la collecte des données et le calcul des indicateurs de sécurité alimentaire et nutritionnelle  et d’autre part  sur l’interprétation de ces indicateurs SAN. En effet la Côte d’Ivoire a bénéficié d’un appui catalytique en vue de la réalisation de l’enquête  SASA (suivi agricole et de la sécurité alimentaire), afin de permettre aux cadres nationaux de procéder au traitement des données collectées, ladite formation a été organisée. Au cours de cette formation, les syntaxes de traitement et les plans de tabulation ont été conçus pour faciliter le rapportage.
•    18 cadres du CNE du Ghana formés sur le traitement et l’analyse des données SAN, technique de collecte. Les principaux résultats obtenus : (i) Les membres du CNE produisent des analyses statistiques avec SPSS ; (ii) ils maîtrisent les techniques de fiabilisation des données ; (iii) ils sont également capables d’appliquer les techniques apprises pour rechercher, détecter et corriger les anomalies dans une base de données en générale et dans la plateforme ECOAGRIS en particulier.  Ils sont donc désormais à mesure de mieux appréhender les données du système d’information ECOAGRIS et d’en améliorer la qualité et la fiabilité ;
•    16 cadres de la Sierra Léone ont été formés sur le traitement et l’analyse des données SAN. Le dispositif de collecte et d’analyse de données sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la Sierra Leone a été mis en place, il y a une dizaine d’années par l’Etat en collaboration avec les bailleurs. Au fil des années ce dispositif fut érodé en termes de personnel et en qualité des informations produites. Cette formation a été l’occasion pour ces analyses de se familiariser au logiciel SPSS et de générer les indicateurs de sécurité alimentaire et nutrition. Cependant il est important d’appuyer financièrement ce dispositif de cet Etat dans la collecte régulière des informations.
•    15 cadres du projet ECOAGRIS formés sur le traitement et l’analyse des données SAN, technique de collecte ; Cet exercice de fiabilisation des bases de données a été une occasion pour les experts de se familiariser avec l’outil d’analyse statistique et économétrique STATA/SE 15 et garantir aux utilisateurs, l’accès à des données fiables.

Concernant la gestion de la base de données ECOAGRIS au niveau régional :

La plateforme ECOAGRIS est fonctionnelle et disponible en ligne à l’adresse www.ecoagris.net . Elle est composée de deux (2) parties dont une publique permettant la consultation des informations et l’autre privée permettant la mise à jour sécurisée des données. Une sauvegarde automatique et journalière de la base de données a été implémentée.

  • Les experts en gestion des bases de données et en réseaux et système assurent l’administration de la plateforme et garantissent sa disponibilité à plein temps pour les différents utilisateurs.
  • 28 cadres (membres de l’UNGD) des pays ont été formés pour la maitrise, la gestion du serveur national et l’exploitation de la plateforme en raison de deux (02) par pays (13 pays francophones et la Gambie). Il reste à former huit (08) cadres des pays suivants : Nigéria, Libéria, Sierra Léone et Ghana.
  • 14 pays sur les 17 bénéficiaires ont eu le renouvellement de leur connexion internet en vue de procéder à la mise à jour de la plateforme ECOAGRIS. Le processus se poursuit dans les trois (03) pays restants notamment au Libéria, à la Guinée Bissau et à la Sierra Léone.

Concernant l’appropriation de la plateforme ECOAGRIS au niveau régional, un transfert de compétence a été fait par le Cabinet Prose (celui qui a développé cet outil) aux trois (03) experts gestionnaires base de données du projet et deux (02) informaticiens du CRA pour la prise en main de la plateforme ECOAGRIS et sa maintenance. Ainsi, ces derniers sont à mesure de conduire les actions ci-après :

  • les tâches d’administration au niveau de l’application point focal régional (création, configuration et paramétrages des indicateurs, …) ;
  • l’implémentation des indicateurs (conception de la fiche de collecte, implémentation de la fiche au niveau sectoriel, national et régional, …) ;
  • l’implémentation des jobs pour la synchronisation des données entre les différentes bases de données (sectorielle, pays, régionale) ;
  • la mise en œuvre de la réplication entre les bases de données régionales.

Par ailleurs, il faut aussi noter qu’au niveau national, 267 points focaux sectoriels ont été formés sur l’utilisation et le peuplement de la plateforme ECOAGRIS dans les quinze (15) pays, soit un taux de couverture géographique de 88,23 % (15 pays sur 17 couverts par le projet ECOAGRIS). Ce qui leur permettra de configurer leurs sous-systèmes, mettre à jour et valider les données et générer les indicateurs.

Tableau 2: La répartition des points focaux formés par pays

Pays Nombre de Points focaux sectoriels formés
1 Bénin 17
2 Burkina Faso 20
3 Cap-Vert 14
4 Côte d’Ivoire 27
5 Gambie 20
6 Ghana 15
7 Guinée Bissau 15
8 Guinée 18
9 Mali 15
10 Niger 22
11 Nigéria 25
12 Sénégal 12
13 Sierra Leone 15
14 Tchad 16
15 Togo 16
Total 267
  • La mise à jour de la Base de données ECOAGRIS avec les données des pays a été faite dans quinze (15) pays : soit un taux de complétude de données de 55% avec des niveaux de réalisation différents dans ces pays.

Au cours de cette année 2018, le projet a fait l’acquisition d’une plateforme de travail collaboratif dénommée « Bitrix24 » pour faciliter les actions d’animation du comité.

La  plateforme Bitrix24 a été installée et configurée sur le Cloud avec un contrat d’abonnement de 12 mois, par le biais d’un fournisseur. Un manuel pour son exploitation est disponible. Une formation de tous les membres est envisagée pour une meilleure appropriation de cet outil.

Bitrix24 est une suite complète d’outils de travail collaboratif qui permet d’installé un intranet et/ou un extranet à travers les services suivants :

  • La messagerie (messagerie web, comptes E-mail,…)
  • La téléphonie (enregistrements d’appels, transfert/renvoi d’appels)
  • Gestion des documents (stockage Cloud, partage de fichiers,…)
  • La gestion des projets et des tâches (groupe de travail, suivi du temps,…)
  • La visioconférence (messagerie instantanée, partage d’écran,…)
  • La gestion des ressources humaines (gestion des présences, organigramme, gestion du travail, engagement des employés…)
  • Service mobile (intranet mobile, document mobile,…)

Bitrix24 est donc un outil qui rassemble toutes les activités essentielles de suivi et contrôle du projet.


Rapport de résultats 2018 : Télécharger PDF PDF