Le CILSS, un autre Sahel est possible

.

Dispositif ECOAGRIS

L’année 2015 : première année de mise en œuvre a été essentiellement marquée par :
– Le recrutement et la mise en place de l’équipe du projet au niveau régional ;
o un Responsable régional ;
o un Point focal régional basé à Abuja (CEDEAO) ;
o un Expert en administration des réseaux informatiques ;
o trois experts gestionnaires des bases de données à AGRHYMET, ARAA et à l’UEMOA
o un Expert Cadre Harmonisé ;
o un Expert Marché ;
o un Expert HEA
o un Expert statisticien
o un Expert nutritionniste
o un Expert formateur en instruments et microinformatique (réseaux et bases de données)
o un Assistant en Suivi Evaluation
o un comptable,
o un assistant comptable,
o un spécialiste en passation de marché,
o un assistant administratif (secrétaire) et
o deux (2) chauffeurs.
– La validation de la planification opérationnelle et le budget pour la première année ; (Télécharger PDF)
– La validation d’un plan de passation de marché pour le projet ;
– L’évaluation détaillée matérielle et logicielle de la phase pilote du projet ; (Télécharger PDF)
– Le lancement officiel de la composante ECOAGRIS ; (Télécharger PDF)

IMG_3689
– Les missions circulaires dans les 17 pays bénéficiaires pour la validation du cadre institutionnel et la validation des indicateurs base de données ECOAGRIS ; (Télécharger PDF)
– L’organisation technique et financière des deux cycles (mars et novembre) d’analyse Cadre harmonisé dans les pays de l’espace CILSS/CEDEAO.

– La capitalisation des neuf (9) sous-systèmes développés pendant la phase pilote et le développement de trois (3) nouveaux sous-systèmes thématiques en compléments à ces derniers existants pour la phase d’extension ;

– la validation régionale des indicateurs relatifs aux douze (12) sous-systèmes et la prise en compte des indicateurs de l’ECOWAP pour la mise en place de la plateforme ECOAGRIS en vue de capitaliser les acquis de la phase pilote et procéder à l’élargissement de l’action ; (Télécharger PDF)

– L’acquisition et l’installation des équipements informatiques (serveurs, ordinateurs, baie de stockage) avec une connexion internet dans les dix-sept (17) pays, pour renforcer le dispositif national de collecte, de traitement et d’analyse des données thématiques sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle;

– la plateforme ECOAGRIS conçue et validée, et une formation des formateurs organisée pour les membres du CNE (point focal technique et un membre de l’UNGD) des dix-sept (17) pays bénéficiaires de l’espace CILSS/CEDEAO pour une meilleure exploitation de cette plateforme; (Télécharger)

– Quinze (15) pays sur les dix-sept (17) de l’espace CILSS/CEDEAO ont formalisé le Cadre National ECOAGRIS (CNE) et treize (13) ont bénéficié tous d’un appui financier pour le fonctionnement et l’animation de ce cadre ;

– 06 pays (Burkina Faso, Côte d’ivoire, Cap-Vert, Guinée Bissau, Niger et Tchad ont été appuyés pour la collecte des nouvelles données primaires ; (Télécharger PDF)

– Vingt (20) candidats ressortissants des dix-sept (17) pays ont été sélectionnés et inscrits pour la formation diplômante en instruments informatique et réseaux. La formation a démarré en février 2016 pour une durée de deux (2) ans avec une période de stage dont l’objectif est l’application des connaissances acquises pendant les neuf (9) mois de cours théoriques et pratiques et une participation active aux activités du service d’accueil.

– Au 31 décembre 2017, on note seize (16) arrêtés sur les dix-sept (17) pays ciblés, seul le Sénégal n’a pas encore signé son arrêté de mise en place des Cadres Nationaux ECOAGRIS. La situation des appuis catalytiques à l’endroit des pays ayant signé leurs arrêtés respectifs pour le fonctionnement de leurs CNE se présente comme suit :
– Huit (8) pays (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée Conakry, Mali, Sierra Leone, Tchad et Togo) ont vu leur appui renouvelé ;

– Trois (3) nouveaux pays appuyés (Guinée Bissau, Mauritanie et Nigéria) ;

– Cinq (5) pays (Bénin, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali et Tchad) ont reçu des appuis complémentaires pour le peuplement de la plateforme ;

– Quatre (4) pays (Bénin, Cap-Vert, Ghana et Libéria) n’ont reçu aucun appui cette année pour faute de la non justification des appuis antérieurs ;

– Un seul pays (Sénégal) n’a pas signé son arrêté, donc n’est pas éligible pour l’appui.

– Tous les dix-sept (17) pays ont bénéficié de contrats avec des fournisseurs locaux respectifs pour une dotation annuelle en connexion internet en vue de permettre l’alimentation de la plateforme ECOAGRIS ;

– La formation des points focaux sectoriels et le peuplement de la plateforme au niveau des douze (12) pays à savoir : Bénin, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Gambie, Guinée, Ghana, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Togo et Tchad ;

– Le démarrage d’une deuxième promotion de la formation diplômante au profit des dix-sept (17) Techniciens Supérieurs en Instruments et Micro-informatique option réseaux et bases de données ;

– Les appuis multiformes dans le cadre de la production des nouvelles données primaires notamment :

– Les appuis technique et financier pour la réalisation des enquêtes agricoles dans sept (7) pays : Burkina, Gambie, Guinée Bissau, Guinée, Libéria, Mali, Niger; (Télécharger)

– Les appuis technique et financier pour la réalisation des enquêtes nutrition dans trois (3) pays : Ghana, Côte d’Ivoire et Togo;

– Les appuis technique et financier pour la réalisation des enquêtes sécurité alimentaire dans quatre (4) pays : Togo, Gambie, Ghana et Guinée;

– Les appuis technique et financier pour la formation sur les estimations des rendements dans cinq (5) pays : Niger, Nigéria, Ghana et Sierra Leone. (Télécharger)
– Rapport d’évaluation technique de la plateforme en 2017 (Télécharger)